Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Le SNJ de la SNIC
  • Le blog de Le SNJ de la SNIC
  • : Syndicat national des journalistes à Paris Normandie, Havre-Libre, Havre-Presse et progrès de Fécamp
  • Contact

Qui sommes-nous ?

Les élus du syndicat national des journalistes de la  Société normande d'information et de communication (ex-Société normande de presse, d'édition et d'impression ou SNPEI)  vous proposent ce blog. Essentiellement à destination des salariés de Paris-Normandie, du Havre-Libre, du Havre-Presse, de Liberté-Dimanche (et de ses avatars) et du Progrès de Fécamp, ce blog a pour ambition de vous apporter les informations syndicales de l'entreprise, à l'exclusion des résultats économiques pour des raisons de confidentialité.
Le directeur de publication de ce blog est : Benoît Marin-Curtoud (snj_snic@yahoo.fr et b.marincurtoud@presse-normande.com). Les commentaires postés sur ce blog seront, le cas échéant, modérés, le SNJ se devant de respecter les lois sur la presse, sur la diffamation, sur la propriété intellectuelle.

Recherche

Rejoignez-nous

Face aux difficultés -qu'elles soient économiques ou déontologiques - qui rendent l'exercice du métier de journaliste de plus en plus difficile, face à la crise économique tout court, les élus de la SNIC vous proposent ce blog. Un outil pour vous permettre de réagir, d'exprimer vos attentes.
N'hésitez plus, syndiquez-vous !

 

Archives

rubon0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 16:36

Pendant combien de temps encore la direction de Publihebos va-t-elle imposer aux journalistes de travailler pour ses sites Internet sans aucunecontrepartie ? Le SNJ réclame l’ouverture d’une négociation.

La direction a cru pou voir régler la questiondu multimédia à Publihebdos par le biais d’une prime de 200 € brut qui aurait été versée unefois pour toutes. C’est ce qu’elle a proposé au détourd’un projet d’accord sur les droits d’auteurs en 2012. Le SNJ a évidemment refusé cette aumône qui aurait compromis l’ouverture de toute discussion sérieuse sur le sujet.

Or depuis trois ans, à mesure que chacun de nos titres créait son site Internet, nombre d’entre nous ont accepté, sur la base du volontariat (c’est la direction qui le disait), d’y contribuer bénévolement. Aujourd’hui, fini de rire, la direction menace de représailles ceux qui n’entendent pas passer des heures à facebooker, tweetter et poster des articles hors de tout cadre négocié. Le multimédia, dont notre PDG Francis Gaunand lui-même affirme,à longueur de tweets, qu’il représente l’avenir de la presse, ne mériterait donc aucune discussion ?

À Ouest-France,un accord depuis 2007

Le SNJ, lui, estime au contraire qu’il faut plus que jamais contraindre la direction à ouvrir des négociations, vu les bouleversements à l’œuvre dans toutesles rédactions : nouveaux outils, nouveaux rythmes de diffusion, nouveaux modes d’expression, nouvelles pratiques journalistiques…

Internet a non seulement des effets sur l’organisation du travail, avec des tâches qui se surajoutent à celles existantes, mais également sur le contenu et la qualité de l’information : politiquedu buzz, du sensationnalisme, de la rapidité au détriment de la vérification. Il faut noter qu’à Ouest-France, la direction du groupe Sipa a accepté designer dès 2007 un accord multimédia, sans doute plus consciente des véritables enjeux du Web. Celui-ci s’est traduit par des embauches de journalistes dédiés à l’Internet. Si notre direction persistait dans son incompréhensible refus de négocier, elle porterait la responsabilité d’un sous-développement de nos titres dans l’univers numérique.

La section SNJ de Publihebdos

Rennes, le 18 décembre 2013.

 

Ce que dit la loi

La direction s’appuie sur l’amendement Kert (loi Hadopi) pour passer en force sur le bimédia. Cet amende-ment a modifié le Code dutravail (Art. L.7111-5-1) : lacollaboration entre une entreprise de presse et un journaliste professionnel porte sur l’ensemble des supports dutitre de presse. Mais cette disposition n’est pas rétroactive. Elle ne s’applique qu’aux contrats postérieurs au 12 juin 2009. Autrement dit, il n’existe pas d’obligation pour un journaliste embauché avant cette date de travailler gratuitement pour le Web.

 

Où en sont les quotidiens normands ?

Le SNJ au sein de Paris-Normandie, Havre-Libre, Havre-Presse et Progrès de Fécamp a les mêmes exigences : le principe de l'ouverture d'une négociation est acquis, reste apparemment à régler des problèmes d'agenda sachant que si le multipédia est un enjeu cardinal pour le SNJ, il n'est pas forcément revendiqué comme tel par d'autres organisations qui sont dans le même champ de syndicalisation.

Le SNJ a par ailleurs demandé, et le demandera encore, un CHSCT extraordinaire sur les modifications des conditions de travail qu'imposent les nouvelles technologies.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le SNJ de la SNIC - dans Droit d'auteur
commenter cet article

commentaires