Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Le SNJ de la SNIC
  • Le blog de Le SNJ de la SNIC
  • : Syndicat national des journalistes à Paris Normandie, Havre-Libre, Havre-Presse et progrès de Fécamp
  • Contact

Qui sommes-nous ?

Les élus du syndicat national des journalistes de la  Société normande d'information et de communication (ex-Société normande de presse, d'édition et d'impression ou SNPEI)  vous proposent ce blog. Essentiellement à destination des salariés de Paris-Normandie, du Havre-Libre, du Havre-Presse, de Liberté-Dimanche (et de ses avatars) et du Progrès de Fécamp, ce blog a pour ambition de vous apporter les informations syndicales de l'entreprise, à l'exclusion des résultats économiques pour des raisons de confidentialité.
Le directeur de publication de ce blog est : Benoît Marin-Curtoud (snj_snic@yahoo.fr et b.marincurtoud@presse-normande.com). Les commentaires postés sur ce blog seront, le cas échéant, modérés, le SNJ se devant de respecter les lois sur la presse, sur la diffamation, sur la propriété intellectuelle.

Recherche

Rejoignez-nous

Face aux difficultés -qu'elles soient économiques ou déontologiques - qui rendent l'exercice du métier de journaliste de plus en plus difficile, face à la crise économique tout court, les élus de la SNIC vous proposent ce blog. Un outil pour vous permettre de réagir, d'exprimer vos attentes.
N'hésitez plus, syndiquez-vous !

 

Archives

rubon0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 09:29

Actualité sociale chargée au sein des titres de la SNPEI (Havre-Presse, Havre-Libre, Progrès de Fécamp, Paris-Normandie, Liberté Dimanche). Après une année de disette salariale (la dernière augmentation de branche remonte à 2008, 0,3%...), les négociations ont repris au siège du Syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR). Mais les prémices de ces discussions ont tourné court, avec des propositions de revalorisation "indécentes" formulées le 14 avril par le SPQR. Dans ce contexte le SNJ et d'autres organisations syndicales se sont mobilisés, ont informé les salariés et la grogne semblait si bien monter que le SPQR - qui avait proposé aux syndicats un 2e rendez-vous le 17 mai - a finalement avancé le calendrier des négos au 4 mai tout en adaptant l'ordre du jour.

Le jeudi 29 avril, à l'initiative du SNJ, les journalistes de la SNPEI se sont réunis en assemblée générale dans l'agence de Neufchâtel-en-Bray. A l'unanimité moins une voix, ils ont décidé de  :

1. Signifier au SPQR leur attachement à une revalorisation salariale juste et équitable, sur les bases des positions défendues par les négociateurs du SNJ, via une lettre envoyée au co-directeur du SPQR. Ils ont fait le constat d'une inflation qui a lésé en 2008-2009 leur pouvoir d'achat et trouvent cela d'autant plus inéquitable que jamais la charge de travail, notamment avec la réduuction des effectifs mais aussi l'intensification du travail (toujours davantage de produits) n'a été aussi forte au sein des titres de la SNPEI. Pour mémoire la direction de la SNPEI avait renvoyé vers la branche, et donc vers le SPQR (dont elle est membre) toute forme d'augmentation générale des salaires. Les salariés demeureront mobilisés, notamment à partir de la reprise des discussions du 4 mai, pour veiller à ce que leurs revendications soient entendues et respectées.

2. Signifier à la direction de la SNPEI leurs craintes à la suite d'un non-remplacement d'une journaliste partie de l'agence de Neufchâtel en Bray. Cette agence couvre l'un des plus grands secteurs géographiques dévolu à une agence de la SNPEI (plusieurs grands cantons, soit près d'un tiers du département, 70 000 habitants). De plus il s'agit d'un secteur fortement concurrentiel (plusieurs hebdos et deux quotidiens alignent face à la SNPEI neuf journalistes pro). Dans ce contexte, l'organisation du travail consistant à ne pas remplacer systématiquement le confrère resté seul en poste pour s'assurer de la permenance d'une présence sur le terrain pose de sérieux problèmes et les journalistes soulignent les risques de perte de pertinence et de réactivité de l'édition, de la baisse de sa diffusion à terme, ainsi que des conditions de travail dégradées du confrère resté seul en poste. Les journalistes de la SNPEI demandent à leur direction la mise en place d'une organisation du travail qui permette le remplacement systématique du confrère quand il est en repos ou en congé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le SNJ de la SNPEI - dans syndicalisme
commenter cet article

commentaires