Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Le SNJ de la SNIC
  • Le blog de Le SNJ de la SNIC
  • : Syndicat national des journalistes à Paris Normandie, Havre-Libre, Havre-Presse et progrès de Fécamp
  • Contact

Qui sommes-nous ?

Les élus du syndicat national des journalistes de la  Société normande d'information et de communication (ex-Société normande de presse, d'édition et d'impression ou SNPEI)  vous proposent ce blog. Essentiellement à destination des salariés de Paris-Normandie, du Havre-Libre, du Havre-Presse, de Liberté-Dimanche (et de ses avatars) et du Progrès de Fécamp, ce blog a pour ambition de vous apporter les informations syndicales de l'entreprise, à l'exclusion des résultats économiques pour des raisons de confidentialité.
Le directeur de publication de ce blog est : Benoît Marin-Curtoud (snj_snic@yahoo.fr et b.marincurtoud@presse-normande.com). Les commentaires postés sur ce blog seront, le cas échéant, modérés, le SNJ se devant de respecter les lois sur la presse, sur la diffamation, sur la propriété intellectuelle.

Recherche

Rejoignez-nous

Face aux difficultés -qu'elles soient économiques ou déontologiques - qui rendent l'exercice du métier de journaliste de plus en plus difficile, face à la crise économique tout court, les élus de la SNIC vous proposent ce blog. Un outil pour vous permettre de réagir, d'exprimer vos attentes.
N'hésitez plus, syndiquez-vous !

 

Archives

rubon0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 18:52
Première réaction à notre blog : celle d'un ancien porteur de journaux de la SNPEI qui, las des frais afférents à sa mission et las de sa faible rémunération, a préféré jeter l'éponge. Nous publions ci-après sa lettre dont le contenu - expurgé des noms propres et de quelques passages - laisse entrevoir les conditions plus que dures des porteurs qui, tous les matins et quel que soit le temps, sont là pour la satisfaction des abonnés.

"Je viens de tomber sur votre blog, et vos revendications m'ont rappelé les miennes. Nous partagions un point commun, puisque j'ai travaillé en tant que porteur de presse pour la S.N.P.E.I. J'ai distribué Paris Normandie, Progrès... pendant presque 3 ans, 650€ au début moins 350 € d'essence, et après avoir râlé, et quelques journaux supplémentaires, et surtout l'URSSAF diminuée, je suis passé ces derniers temps à 800-850€ mais 390€ de frais kilométrique. Au début ils ne me payaient pas a totalité des frais d'essence, et c'est moi, en démissionnant il y a plus d'un an, qui les a contraint à m'augmenter si je reprenais. J'ai donc repris 15 jours après, après quelques jours de vacances bien mérités, puisque travaillant 6 jours sur 7, les jours fériés, et avec comme indication de ne surtout pas tomber malade, parce que je n'avais trouvé personne pour me remplacer, car c'est à nous que revient la chance de trouver une personne remplaçante, ce qui est très compliqué quand ils voient le travail que c'est. Notre voiture personnelle, les frais hors kilométriques sont pour nous: pneus, amortisseurs, courroie, plaquettes... nous laissant parfois exsangues, et quand on veut prendre une semaine de vacances, à notre compte bien sûr, parce que épuisé, on nous dit que c'est très difficile pour le moment qu'il faut attendre, même 3 semaines avant, ils sont pris de court... (Passage modéré....)
On nous a fait signé un contrat de vendeur-colporteur de presse, alors qu'on est que porteur de presse, i y a une grande différence, nous sommes payés au journal pas à l'heure par exem ple ce qui est handicapant quand on veut comme moi faire un stage payé par la région et qui veule un certificat attestant le nombre d'heure effectuée pendant un an,et bien que ayant un certain horaire à respecter, on nous dit de telle heure à telle heure- 6H-10H- à peu près, donc 4 heures par jour, ça m'a été refusé par .... (passage modéré, ndlr) qui ne voulait pas trouver un accord pour certifier que je travaillais 4 heures par jour soit plus de 910 heures pas an .... (passage modéré)
Tout cela pour vous dire, que les porteurs de la presse dont vous en êtes les journalistes passent à côtés des droits ou devrais je dire des non-droits des porteurs de presse qui ne bénéficient pas de CE, Syndicats ou de représentants pour défendre d'éventuelles droits. Le sort des porteurs de presse m'est d'autant plus important que j'en ai subi l'exploitation. Je vais tenir au courant le plus de monde possible. Je vais essayer d'intervenir dans les médias. Pour que les gens c onnaissent l'envers du décor, bien sombre, quand on sait que les sociétés d'édition ont obtenu l'aide de l'état pour l'aide au portage de la presse... La presse regorge de bons sentiments sur tels sujets affreux, si tristes, mais ne commente jamais ce qui les touche de plus près. Parfois, c'est vrai, il faut regarder aussi les gens qui sont en dessous de nous, qui ne vivent pas dans le même lieu, le même monde, c'est bien dommage."

Pas faux du tout : l'entreprise a récemment reçu une assez conséquente subvention liée aux Etats généraux de la presse et qui avait notamment trait au portage. Rappellons aussi que la nouvelle loi sur la représentativité peut faire entrer ces salariés "hors de l'entreprise" dans les rôles d'électeurs. SI le Syndicat national des journalistes est une organisation catégorielle, il ne s'interdit pas d'étendre son champ de syndicalisation bien au-delà de ses métiers. Mouvement social, précarité, défense de la fonction publique et bien d'autres combats sont dans ses préoccupations.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le SNJ de la SNPEI - dans syndicalisme
commenter cet article

commentaires

Le Colportail 26/02/2010 11:46


Bonjour à vous,

Suite à un surf sur le net, je suis tombé sur votre blog et ai trouvé intéressant l'intervention sur le colportage.

Comme vous vous en doutez, je suis moi même colporteur de presse, mais pour un autre titre de la PQR, et je me reconnais parfaitement dans les critiques de notre ami.

Je tenais à apporter un petit témoignage pour démontrer à quel point les porteurs salariés et les vendeurs colporteurs sont reconnus dans le monde de la presse, il suffit de se rendre sur le site
du CSMP ( http://www.csmpresse.fr ), auquel nous sommes obligatoirement afiliés, pour juger l'expression de la considération envers notre profession, en un mot résumé : absents.

Aujourd'hui, un certain nombre de porteurs et de colporteurs tentent de se regrouper nationalement dans un collectif dont le but est l'information et l'union de notre "profession", malheureusement
comme l'accés aux médias nous est totalement interdit comme vous devez le supposer, il ne nous reste que les organisations syndicales de la presse et les gens de bonne volonté pour nous faire
connaître et faire connaître les difficultés de notre métier.

Ainsi, nous faisons appel aux sites professionnels en intervenant quand c'est possible et en lançant les invitations à nous rejoindre dans l'espoir d'être entendus ou d'impliquer le monde de la
presse dans notre juste désir de nous regrouper.

Bien à vous

www.colportail.net