Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Le SNJ de la SNIC
  • Le blog de Le SNJ de la SNIC
  • : Syndicat national des journalistes à Paris Normandie, Havre-Libre, Havre-Presse et progrès de Fécamp
  • Contact

Qui sommes-nous ?

Les élus du syndicat national des journalistes de la  Société normande d'information et de communication (ex-Société normande de presse, d'édition et d'impression ou SNPEI)  vous proposent ce blog. Essentiellement à destination des salariés de Paris-Normandie, du Havre-Libre, du Havre-Presse, de Liberté-Dimanche (et de ses avatars) et du Progrès de Fécamp, ce blog a pour ambition de vous apporter les informations syndicales de l'entreprise, à l'exclusion des résultats économiques pour des raisons de confidentialité.
Le directeur de publication de ce blog est : Benoît Marin-Curtoud (snj_snic@yahoo.fr et b.marincurtoud@presse-normande.com). Les commentaires postés sur ce blog seront, le cas échéant, modérés, le SNJ se devant de respecter les lois sur la presse, sur la diffamation, sur la propriété intellectuelle.

Recherche

Rejoignez-nous

Face aux difficultés -qu'elles soient économiques ou déontologiques - qui rendent l'exercice du métier de journaliste de plus en plus difficile, face à la crise économique tout court, les élus de la SNIC vous proposent ce blog. Un outil pour vous permettre de réagir, d'exprimer vos attentes.
N'hésitez plus, syndiquez-vous !

 

Archives

rubon0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 16:45

 

C'est le 16 janvier que se dérouleront les élections professionnelles au sein de la SNIC. Nouveauté : tous les salariés vont recevoir un code qui permettra d'activer un site de vote électronique. Si des urnes électroniques seront à disposition tant à Rouen qu'au Havre, tous ceux qui le souhaitent pourront voter, de 0h00 à 23h59 ce jour-là depuis n'importe quel terminal connecté à Internet.

Il n'y aura donc plus aucune excuse matérielle pour ne pas voter car l'abstention ne doit pas gagner ce 16 janvier. Après l'année horrible, 2012, le PSE, les rigueurs imposées par les nouveaux actionnaires, les journalistes ont besoin plus que jamais d'une forte représentation auprès des actionnaires pour faire valoir leurs droits, leurs revendications et leurs points de vue dans la marche générale de l'entreprise. Une abstention massive serait un message catastrophique envoyé à la direction, signifiant votre désengagement, votre désintérêt face à votre propre avenir. Participer largement, c'est aussi éviter l'organisation d'un second tour de scrutin, souvent synonyme de listes de complaisance et d'arrangements électoraux... La liste que vous propose le SNJ s'appuie sur des militants aguerris qui, si c'est votre choix, vous représentera pendant trois ans. Malgré des appels pressants et renouvelés de la part du SNJ, seule une seule nouvelle candidature a été enregistrée.

 

 

Pourquoi voter SNJ ?

Tout simplement parce que le plus ancien et premier syndicat de journalistes au plan national, mène de pair et sans discontinuer, deux combats : le social et le déontologique. Deux piliers indissociables de son action depuis 95 ans.

Hier, pour obtenir un vrai statut et une convention collective des journalistes; faire appliquer les droits des pigistes; permettre à la profession de reconnaître ses membres.

 

Aujourd'hui, pour défendre ces acquis sans cesse remis en cause et couvrir de nombreux fronts et notamment celui des conditions de travail et la souffrance au travail alors même que le modèle économique de la presse écrite est en plein désarroi. Le mandat qui s'annonce, si l'on y prend garde, sera socialement rude, économiquement difficile.

Au travers de ses militants et élus, l'engagement du SNJ vise aussi à protéger la propriété intellectuelle et l'indépendance des journalistes; lutter contre les dérives « people » et prôner une information de qualité. Dans ce domaine, l'hystérisation de l'information liée à la multiplication des supports et à la recherche frénétique du scoop (qui fait souvent pschiiit), en même temps que la presse écrite fait sa mue numérique, sera l'objet de notre vigilance.

 

Malmené par le patronat, le statut des journalistes devient un combat. Le SNJ livre la bataille pour garantir leur indépendance. Il ne pourra le faire qu'avec vous.

 

A l'heure des prochaines élections dans notre entreprise, on ne manquera pas d'opposer au SNJ la vieille lune du « corporatisme ». Oubliant un peu vite qu'en ce début de XXIe siècle, près d'un journaliste sur quatre court après un emploi stable; que les entreprises de presse sont de plus en plus la cible de manoeuvres expéditives de spéculateurs; que l'information est, pour nos dirigeants, un bien de consommation comme un autre; que le secteur de la presse, compte tenu du bouleversement de son environnement technologique, se trouve directement exposé à la casse sociale.

 

Alors que la frontière entre information et communication est plus floue que jamais, notre profession ne se sauvera qu'en restant unie et rivée à sa déontologie. Le SNJ pense et agit dans ce sens. C'est pourquoi lors des prochaines élections professionnelles vous ferez confiance aux candidats - et à eux seuls – qu'il vous présentera.

 

Voilà pourquoi vous voterez pour le SNJ. Et ce, massivement !

 

 

 

 

VOS CANDIDATS

 

 

     Mesnildrey. Richard Mesnildrey

Rédaction d'Evreux, 46 ans, n° carte 77031,
a cessé de fumer mais tout de même !
 

L'engagement syndical tient à la défense des intérêts de notre profession, garanties par notre convention collective et par les accords d'entreprise que nous avons signés en votre nom. Garantis mais malmenés en ces temps de crise. L'engagement tient aussi au travail au sein des instances représentatives du personnel : C.E. D.P. CHS-CT et commissions diverses. A ce titre, le dernier mandat s'est révélé essentiel pour défendre nos conditions de travail, plus particulièrement sous l'angle des risques psychosociaux, avérés dans notre entreprise du temps de la SNPEI. Mais la vigilance s'impose encore et toujours pour le mandat à venir. Mandat qui voit notre profession évoluer très rapidement avec Internet. C'est avec votre soutien que nous pourrons obtenir que nos conditions de travail et la qualité de notre travail soit reconnue et valorisée à l'occasion de ce virage qui est bien plus qu'une accélération technologique. Le SNJ sera là pour le rappeler à la direction.

CANDIDAT AU CE (TITULAIRE) ET A LA DELEGATION DU PERSONNEL (TITULAIRE)

 

Irène Neveu 2010- 481Irène Neveu

Rédaction de Fécamp, journaliste à l'agence Le Progrès de Fécamp -  57 ans - n° de carte de presse 65033.

Je suis adhérente au SNJ depuis 1989. J'ai été élue suppléante au Comité National lors du dernier Congrès du SNJ  à Angers et suis élue à Audience Prévoyance.

Je reviens vers vous avec le SNJ pour solliciter vos voix pour un nouveau mandat après avoir été élue à trois reprises depuis 2005.

Je m'engage dans cette nouvelle mandature avec le souci de faire remonter vos doléances , vos remarques ou interrogations dont vous nous aurez fait part, en cette période de révolution numérique qui n'est pas sans conséquences sur nos conditions de travail.

Parcours : en 1981 je collabore au Havre Libre en tant que correspondante de presse puis j'intègre l'équipe du Progrès de Fécamp en tant que pigiste en 1990 avec l'arrivée des premiers écrans d'ordinateur ( ATARI!) et signe mon contrat d'embauche en 1998.

CANDIDATE AU CE (SUPPLEANTE) ET A LA DELEGATION DU PERSONNEL (TITULAIRE)

 

 

photo(2)Benoît Marin-Curtoud

Rédaction de Rouen, carte n° 78151, 45 ans, n'a pas
cessé complètement de fumer mais y travaille !
 

Depuis 2005, les mandats sociaux au sein des quotidiens normands n'ont cessé de se durcir alors que les conditions économiques faites à la PQR se dégradent. Le mandat 2014-2017 sera du même tonneau. Déjà le SPQR a ajourné ses discussions sur les salaires, laissant les journalistes avec leurs larmes pour éponger les pertes de pouvoir d'achat. Et ce ne sont pas nos actionnaires qui lâchent du leste dans ce domaine. Les PSE se multiplient dans des titres qu'on croyait encore à l'abri très récemment. Au sein de la SNIC, les années qui viennent seront cruciales, et réclameront du sang-froid. J'en ai.

Adhérent depuis 1998, j'ai exercé plusieurs mandats au sein des quotidiens normands. J'ai désormais quelques responsabilités nationales (CCIJP, ou la carte, régime de prévoyance Audiens, dans la boucle des négos SPQR, j'ai été élu au comité national et au bureau national du SNJ pour quelques années avant de laisser la place...). Je suis par ailleurs le secrétaire régional normand du SNJ. Si vous deviez m'accorder votre confiance, je remplacerais avec son accord Stéphane Rousseau et deviendrais votre délégué syndical. 

CANDIDAT A LA DELEGATION DU PERSONNEL (SUPPLEANT)

 

 

Pascale Bertrand

photo(3)

Rédaction de Rouen, 50 ans, carte n° 63628, n'a pas non
plus cessé de fumer et n'y travaille résolument pas.

 

C'est la première fois que je sollicite vos suffrages. Pourquoi ? Parce que je suis convaincue qu'en 2012, les sortants ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour défendre vos intérêts et parce que le SNJ a participé à tous les grands débats qui ont traversé l'exercice du métier, a négocié les textes les plus importants qui régissent toujours le statut des journalistes. Convention collective, chartes déontologiques, RTT : à ces rendez-vous et à bien d'autres le syndicat a répondu présent.

Plus que jamais, dans une profession où la précarité devient la règle (un journaliste sur quatre), où les acquis sont menacés, où les conditions de travail deviennent de plus en plus dures, le SNJ a besoin de vos votes pour vous défendre au quotidien. Le 16 janvier, il ne faudra pas laisser les urnes vides . C'est à vous de prendre votre destin en main.

 

CANDIDATE A LA DELEGATION DU PERSONNEL (SUPPLEANTE)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le SNJ de la SNIC
commenter cet article

commentaires